Evolution de la norme NF C 15-100 : Le grade 3S

espaceur
Courants faibles / courants forts Protection différentielle
Parafoudres Circuits et protections
Salle de bain Les prises de courant
Les points lumineux La communication
Evolution des normes : Grade 3S Le VDI (Généralités)


Norme FrançaiseUne troisième édition du guide UTE C 90-483 " Systèmes de câblage résidentiel des réseaux de communication " vient d'être publiée par l'UTE (Union technique de l'électricité).

Ce guide est conçu pour répondre à la fois aux demandes de la NF C 15-100 en termes de réseaux de communication et pour guider les utilisateurs dans le choix du type de réseau de câblage à mettre en oeuvre. Il spécifie les exigences de conception d'un câblage apte à supporter plusieurs groupes d'applications de type informatique et télécommunication (appelées aussi " technologie de l'information et de la communication " - ICT), et de type radiotélévision diffusée (appelée aussi "technologie de la télédiffusion et de la communication" - BCT) sur une même prise de communication. Il définit des " grades " cohérents avec les services de communication existants et émergents.

Au terme de plus d'une vingtaine de réunions de travail, l'édition 3 du guide a été approuvée le 9 février 2007 par le comité UF 215 de l'UTE et publiée le 1er avril 2007. Cette nouvelle édition, qui remplace l'édition 2 de septembre 2005, introduit diverses mises à jour et plusieurs éléments novateurs qui devraient faciliter la démarche des concepteurs et des installateurs et, par voie de conséquence, favoriser le développement d'un marché qui peine encore à véritablement décoller. Applications simultanées - Une première nouveauté est l'introduction d'un grade 3S", concernant l'utilisation simultanée de plusieurs applications sur un même lien. Attention, le " S " ne concerne pas le satellite, traité par ailleurs.

Une infrastructure de câblage grade 3 permet d'acheminer plusieurs applications sur les différentes paires du câble (téléphonie/DSL sur les paires 4,5 ; informatique/Internet jusqu'à 100 Mbit/s sur les paires 1,2 et 3,6 ; TV radiofréquence sur les paires 7,8).


Cette configuration offre la possibilité de disposer, à chaque prise de communication, de l'une des trois applications, sans poser de problèmes de diaphonie. Les recommandations sont de disposer de trois socles de prises de communication pour paires symétriques par pièce pour faire face aux inévitables changements d'emplacement de meubles.

En pratique, le risque est fort que l'utilisateur veuille connecter ses équipements sur une seule et même prise en fonction de l'aménagement. La solution est de permettre des applications simultanées sur un même lien, et donc sur une même prise. D'où l'introduction du "grade 3S".
Cela doit permettre notamment de faire fonctionner simultanément sur la même prise un terminal radiofréquence et un ordinateur.

Avec l'introduction du grade 3S", le guide UTE C 90-483 constitue un complément à la future norme EN 50 173-4 qui décrit les spécifications d'un câblage générique sans aucune prescription pour le partage de plusieurs applications dans un même câblage à paires torsadées.

L'introduction de ces nouvelles exigences concernant le partage des paires d'un câblage (partage de câble) se réfère aussi aux règles d'installation du guide UTE C 15-900. À ce jour, ces exigences ne figurent ni dans le projet de norme EN 50 173-4, ni dans les précédenteséditions du guide UTE C 90-483.

En toute logique technique, cette possibilité d'applications simultanées sur un même lien nécessite l'usage d'un câble écranté par paires, donc de grade 3. Voici une raison de plus pour s'interroger sur l'opportunité de conserver et surtout de mettre en oeuvre des câblages de grade 1 (notamment dans sa version UTP) ou de grade 2. En comparaison de la qualité et des possibilités offertes par le grade 3S", l'argument financier ne tient plus vraiment puisque la différence de coût est de l'ordre de 8 % par rapport à une installation grade 1 UTP d'entrée de gamme.

itemSignaux satellite :
Des exigences complémentaires sont introduites pour la transmission des signaux satellites sur paires torsadées (Bande intermédiaire satellite - BIS). Celle-ci devient possible en grade 3 à condition d'utiliser un câble dont au moins une des paires est de qualité supérieure pour offrir une bande passante jusqu'à 2 150 MHz sur une longueur comprise entre 5 et 40 m. De tels câbles sont déjà disponibles sur le marché. Une prise terminale standard de cat. 6 est suffisante pour cette application, car seule une paire est utilisée. Les autres paramètres ne sont donc pas pris en compte. Cependant, lors d'une transmission satellite, une autre application simultanée sur le même lien est exclue. Cas particulier des transmetteurs d'alarme - Des règles de l'art sont proposées pour réaliser le câblage du transmetteur d'un système d'alarme anti-intrusion.

En effet, si l'on n'y prend pas garde, l'installation des filtres DSL peut rendre inopérante la transmission des alarmes par le transmetteur, avec des conséquences gênantes sur les plans de la sécurité et des contrats d'assurance.

Le guide préconise que le transmetteur d'alarme soit placé en aval du DTI et que le filtre DSL soit placé entre le DTI et le transmetteur d'alarme. Ce filtre DSL devra être installé dans un boîtier auto-protégé en liaison avec la centrale afin d'éviter une coupure par malveillance. Les câbles seront les mêmes que ceux utilisés pour le câblage du logement de façonà garantir les performances de transmission. Lorsque des câbles écrantés sont employés, il conviendra d'assurer la continuité des écrans de bout en bout du câblage. Ces règles ne résolvent pas encore le cas du dégroupage total pour lequel des travaux sont en cours.

Dans ce cas, le service téléphonique est assuré en IP au travers du modemrouteur DSL (x-Box) et il ne subsiste plus de signal téléphonique classique. La seule ligne téléphonique opérationnelle est celle de la x-Box.

itemRecommandations pour l'installateur
Afin de faciliter son appropriation, le guide adopte un nouveau découpage avec deux chapitres spécifiquement dédiés d'une part aux installateurs et, d'autre part, aux concepteurs. Ces aspects étaient auparavant traités en annexe.

itemLe chapitre 5, dédié à l'installation, édicte deux principes de base :
Voir également : [Dossier sur le VDI][Choisir et optimiser son câblage][La norme NF C15-100]

Lien Les réseaux de câblages installés sont destinés à des usages multiples et évolutifs sur le long terme. Il convient donc de le concevoir au-delà des applications immédiates, et en particulier de faciliter une aide à la personne dans le cadre du maintien à domicile des personnes dépendantes ou à mobilité réduite.
Lien L'installation doit être réalisée en tenant compte des recommandations des constructeurs de matériels.

itemLes points suivants sont abordés :
planification des travaux ; pose des câbles ; précautions
contre les risques d'incendie ; mise à la terre et équipotentialité ; compatibilité électromagnétique
; montage des connecteurs ; cordons de brassage ; câblage du transmetteur de l'alarme anti-intrusion ; systèmes de câblages résidentiels en câble coaxial.

Au niveau de l'installation, il faut noter que la principale cause de dysfonctionnement d'un câblage résidentiel est un mauvais pairage ou une mauvaise affectation des huit contacts des socles de prises de communication. Ces dysfonctionnements ne sont pas immédiatement visibles et ne seront souvent détectés qu'avec certaines applications plus exigeantes. Le contrôle de l'installation est donc une phase à ne pas négliger.

itemRecommandations pour le concepteur.
Lien Le chapitre 6, consacré à la conception, propose une approche système pour le grade 3 (en complément de l'approche composant). Cette approche système prend en compte les recommandations du Cenelec TC209 pour définir les niveaux de signal entrée-sortie pour la TV en transmission radiofréquence.
Une autre rubrique reprend des extraits des normes européennes (série EN 50 083/60 728), et rappelle les principales exigences de qualité du signal de télévision radiofréquence dans le logement. Il aborde des sujets spécifiques à la transmission des signaux de télévision dont certains, très techniques, auraient sans doute pu être traités en annexe.

itemDocumentation de l'installation
Au titre le la directive européenne 2004/108/CE du 15 décembre 2004, relative à la compatibilité électromagnétique, et applicable en juillet 2007, la documentation de l'installation, remise au client ou à son mandataire contre récépissé, comprend : le ou les plans de l'installation, la ou les attestations des fabricants, indiquant la conformité de leurs produits aux CEM, une proposition de contrat de maintenance et les notices d'utilisation des produits s'il y a lieu.

itemTrois annexes : (Elles complètent cette 3e édition)
Lien L'annexe A décrit les spécifications des câbles de branchement pour les bâtiments à usage collectif.
Lien L'annexe B attire l'attention des installateurs sur l'impact de la nouvelle directive européenne CEM en ce qui concerne l'installation fixe.
Lien L'annexe C détaille les différents modes de transmission existant pour la distribution de la télévision.

itemÉvolution normative : Une procédure est lancée au plan européen, pour permettre la conversion de ce guide en une future norme NF C90-483.
Au niveau international, une évolution de la normalisation est en cours avec la refonte du guide d'installation ISO 14 763-2. L'objectif est de réaliser un guide générique communà tous les systèmes de câblages structurés, avec des recommandations spécifiques pour chaque domaine : immeubles de bureaux, industriel, Data Center et résidentiel.

Deux experts français participent à ces travaux : Alain Thévenot, délégué général de l'association
Corel, et Luc Baranger, directeur des affaires techniques


Sources at annotations : La lettre Bati-Com


La Maison de la Domotique ™ vous propose également ...


Nos certifications : XML  SSL  Valid CSS!  RSS 2.0 RSS Validated -